Hypothèques: le repli des coûts se confirme

Si la plupart des analystes tablent sur une remontée des taux cette année, un nouveau repli n'est cependant pas à exclure face au refroidissement de l'économie mondiale.

Le taux moyen pour une hypothèque d’une durée de cinq ans s’établissait mi-janvier à 1,04%, en repli de 0,15 point de pourcentage par rapport à mi-octobre 2018, rendant ainsi le coût d’un crédit immobilier moins cher. Le taux des emprunts à dix ans évoluait à 1,45%, en baisse de 0,25 point sur la même période, a précisé mardi le portail de services financiers Moneyland.ch dans un communiqué.

« Les hypothèques à courte durée n’ont jamais été aussi peu chères », a souligné le directeur du portail, Benjamin Manz. Selon un relevé du site internet, les hypothèques sur cinq ans les plus chères se négocient actuellement à 1,2% et les moins chères à 0,69%. Pour le dix ans, la fourchette varie de 1,6% à 1,16%. Le taux appliqué dépend essentiellement de la solvabilité du client.

Le portail concurrent Comparis.ch a fait le même constat, relevant que le taux du dix ans avait atteint 1,46% au dernier trimestre 2018, en baisse de 0,16 point de pourcentage comparé au trimestre précédent. Idem pour le cinq ans qui s’est fixé à 1,04% (-0,09 point).

Refroidissement conjoncturel

Comparis.ch a par ailleurs relevé que les hypothèques à échéance longue restent privilégiées avec une part de 78%, contre 17,4% pour celles à moyen terme. La part de marché des prêts à court terme est pour sa part montée à 4,8%, contre 3,6% précédemment.

Dans le courant de l’année, les hypothèques devraient légèrement se renchérir, selon les spécialistes. Mais « il n’est pas exclu qu’en 2019 le marché hypothécaire suisse à taux fixe et à longue durée atteigne de nouveaux plus bas historiques », a ajouté M. Manz.

Jusqu’à présent, les économistes s’attendaient à ce que la Banque nationale suisse relève ses taux directeurs en seconde partie d’année, après un mouvement similaire attendu de la Banque centrale européenne. Mais face au ralentissement conjoncturel mondial, certains observateurs tablent désormais sur un report à l’année prochaine du resserrement de la politique monétaire.

« On peut s’attendre à ce que la remontée des taux par les banques centrales soit opérée moins vite que prévu », a indiqué Frédéric Papp, expert Argent chez Comparis.ch. Les prévisions de la Banque mondiale tablent ainsi sur un refroidissement de la conjoncture dans toutes les grandes zones économiques.

Rubriques
Immobilier