Vivre la ville autrement

Par Véronique Stein N°43 - Automne 2018

Retraités et personnes en reconversion professionnelle font découvrir Genève et Lausanne aux touristes et habitants. Ces guides peu ordinaires offrent un regard inédit sur nos villes romandes.

« L’idée des guides d’accueil est née de l’Université du troisième âge. Il y avait, dans les années 1980, un certain nombre de membres passionnés d’histoire et de patrimoine qui regrettaient de ne pas avoir à Lausanne une équipe pouvant accueillir les touristes et leur apporter quelque chose de différent des accompagnateurs officiels », raconte Gaspard de Marval, responsable des guides d’accueil du Mouvement des Aînés (MdA). C’est bien là que réside la particularité : les guides retraités – du fait de leur profond sentiment d’appartenance à la ville – transmettent aux visiteurs une autre approche de l’histoire, de la culture et du patrimoine. Pour la municipalité lausannoise et le canton de Vaud, qui ont soutenu la démarche dès ses débuts, cela représente un avantage économique et qualitatif certain. Le groupement lausannois a aujourd’hui 30 ans d’existence et compte soixante guides actifs bénévoles, un modèle reproduit dans d’autres localités comme Vevey et Montreux.
Au bout du Léman, on rencontre Bienvenue, une association à but non lucratif créée en 2012. Comme son nom l’indique, elle propose un service d’accueil, mais aussi d’information et de conseil. Son équipe – des personnes en réinsertion professionnelle – est facilement reconnaissable grâce à sa tenue verte mentionnant « Genève Bienvenue Welcome ». « Notre objectif est d’améliorer l’accueil à Genève en agissant directement au sein de l’espace public, ce lieu de passage, d’interrogations et de rencontres multiples. Mais aussi d’offrir un emploi à des personnes en fin de droit du chômage », explique Didier Dutoit, directeur de l’association. Les quinze « stewards urbains » interviennent de manière complémentaire à Genève Tourisme et en partenariat avec de nombreuses institutions et collectivités, publiques et privées.

(Re)découvrir la cité
Mais, concrètement, que proposent ces fougueux retraités et ces dynamiques stewards urbains ? « Les guides du MdA se considèrent comme des raconteurs, explique Gaspard de Marval. Avec leur badge blanc, ils font partie du paysage lausannois. Pour une durée de deux heures environ et pendant toute la période estivale, ils assurent des visites à pied du centre historique et de la Cathédrale. Ces balades sont adaptables selon les publics : enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite, collaborateurs d’entreprises, etc. » Des promenades à thèmes sont également proposées sur demande ; ces balades font le plein de visiteurs, Lausannois ou touristes de passage. Une trentaine de sujets originaux sont déclinés, par exemple les vitraux, les fontaines ou les ponts de la ville. Chaque année, le groupe d’aînés renouvelle son catalogue d’offres. Et ce n’est pas tout : des « spectacles historiques » sont montés de toutes pièces par les guides, qui se découvrent une vocation de comédiens. À l’occasion des 30 ans du groupement, les personnalités enterrées dans les tombeaux de la Cathédrale ont repris vie, l’espace de plusieurs soirées.
À Genève, les stewards urbains sont présents dans quatre secteurs (Vieille Ville, Cornavin, Jardin anglais, Bel-Air). Tout au long de l’année, ils accueillent aussi bien les touristes que les habitants, commerçants ou pendulaires ; les conseils sont prodigués sur place et en fonction des demandes de chacun, les visiteurs étant guidés selon leurs centres d’intérêt. L’équipe se charge aussi d’informer la population lors de travaux sur la chaussée ou d’événements particuliers, d’aider les passagers dans l’usage de bornes automatiques (gare, aéroport, arrêts de bus) et d’accueillir les visiteurs lors d’expositions. « Nos collaborateurs parlent au moins deux langues et sont issus de métiers variés, mais ce qui les rassemble, c’est leur profond intérêt pour la ville. Progressivement, leur estime de soi remonte, ils acquièrent de bonnes compétences en matière de communication, ainsi qu’une solide culture générale. Certains d’entre eux ont trouvé un emploi sur le marché ordinaire, avec un taux de réinsertion de 28 % en 2017 », indique le directeur de Bienvenue.
Des parcours de la ville, agrémentés de textes et de photos, ont été développés par l’équipe. Au menu : les incontournables, mais aussi des perles rares. Enfin, une chasse aux trésors est proposée au coeur de Genève, mêlant contes et légendes. Les plans sont disponibles sur le site Internet de l’association, qui compte développer de nouvelles balades à travers le canton. C’est certain, les gens sont friands d’anecdotes et de découvertes insolites ; ces promenades sont le moyen de découvrir la grande et la petite histoire, celle des personnages et des événements qui ont animé nos cités. Mais c’est aussi une magnifique manière d’intégrer les aînés et les personnes fragilisées par un parcours professionnel perturbé, en un mot : de rendre la ville plus accueillante !

VÉRONIQUE STEIN

‟Certains d’entre eux ont trouvé un emploi sur le marché ordinaire, avec un taux de réinsertion de 28 % en 2017.„