Le temple de l’esprit accessible par Internet

Par Charlotte Magnin

Un lieu où se côtoient les écrits de Shakespeare et de Proust, un papyrus de l’Iliade d’Homère et la Bible de Gutenberg n’est pas un rêve, mais le monde de Martin Bodmer. Cet ardent bibliophile zurichois a réuni, dès les années 1920 et sur une cinquantaine d’années, une collection exceptionnelle d’ouvrages précieux. C’est d’abord à Zurich, puis dans la paisible Cologny, face à la érénité du lac, que l’homme de lettres posa les premières pierres, et les premiers livres, de sa Bbliotheca Bodmeriana, inaugurée en 1951.

Sa ligne directrice : refléter l’ingéniosité de l’esprit humain, la « Weltliteratur » (la littérature mondiale), un concept cher à Martin Bodmer. Cette expression, forgée par Goethe, reflète le désir de transcender frontières et nations en exploitant la dimension pacificatrice de la littérature, possible trait d’union entre les peuples. A la mort de l’érudit zurichois, en 1971, le lieu se transforme en fondation, afin que les trésors qu’il a collectés ne soient pas dispersés. En 2003, l’architecte suisse Mario Botta donne une enveloppe de béton et de verre à cette collection, dès lors sublimée par l’édifice-signature de l’artiste : c’est ainsi que naît le musée Bodmer, véritable temple de l’esprit.

Dans l’esprit de Martin Bodmer

Malgré sa disparition, l’esprit du fondateur perdure. Pour preuve, cette année débute un projet ambitieux, peut-être un peu fou, mené par l’Université de Genève : celui de numériser une partie de la bibliothèque. Un travail de longue haleine. L’exhaustivité est écartée en effet au profit des ouvrages figurant au coeur de l’idée de littérature mondiale. Grâce à Internet, il va donc être possible d’accéder à ce fabuleux trésor livresque, sans le dégrader. En attendant cette future mise en ligne prévue vers 2017 et pour en avoir un avant-goût, les curieux peuvent se rendre au musée Bodmer, où les attendent les fleurons de la collection tels que l’Evangile selon saint Jean, des manuscrits de Dante, en passant par ceux de Montaigne ou par une partition de Mozart, jusqu’aux Illuminations de Rimbaud.

Prochaines visites

Des expositions temporaires sont également à découvrir : en ce moment, le musée présente les « unes » de journaux retraçant les événements majeurs qui ont marqué l’histoire du XXe siècle. Et à partir du 6 décembre se déroulera une exposition consacrée à Sade, rendez-vous qui ne manquera pas d’échauffer les esprits.