Les seniors s’installent dans de nouvelles résidences

Par Peter Sanders N°27 - Automne 2010

Ici et là, en Suisse romande, s’ouvrent des résidences spécialement conçues pour accueillir les « jeunes » retraités. Ces nouvelles constructions constituent une niche immobilière originale et apparemment intéressante.

 

Ces dernières années, un phénomène nouveau est apparu en Suisse : notre espérance de vie a augmenté. Autrement dit, la probabilité que nous vivions plus longtemps après l’âge de 65 ans est devenue plus grande que pour les générations précédentes. Un spécialiste du 2e pilier (la prévoyance professionnelle suisse), dont le principe est d’octroyer une rente mensuelle jusqu’au décès du retraité, le confirme : « Aujourd’hui, en moyenne, nous vivons cinq ans de plus qu’il y a trente ans. »
Nous vivons donc plus longtemps, mais où voulons-nous passer les dernières années de notre vie ? Les personnes qui ont besoin de soins médicaux ou de visites régulières d’aides-soignants (infirmières, physiothérapeutes, etc.) sont un cas particulier, puisqu’elles s’installent souvent dans un EMS (établissement médico-social) suite à une décision prise par leur médecin traitant ou l’hôpital dans lequel elles viennent de séjourner. Mais il y a aussi de plus en plus de retraités qui, tout en étant en parfaite santé, n’ont plus envie de rester seuls dans leur maison ou leur appartement, devenu trop grand. Les enfants se sont installés ailleurs et les tâches ménagères deviennent une corvée ! De plus, le contact avec les voisins « n’est plus comme avant », et le cercle des amis se resserre. Parfois, des moments de solitude apparaissent. « Et si on allait habiter ailleurs ? » se demandent-ils alors.

Une résidence « sans soucis »

C’est pour répondre à la demande de ces « jeunes » retraités que plusieurs « résidences pour seniors » ont vu le jour ces dernières années en Romandie. Quel en est le principe ? C’est d’offrir des appartements confortables, mais pas trop grands, bien équipés (cuisine, séjour, etc.), avec balcon, et dans lesquels les couples de seniors se sentent à l’aise. Mais quelle est la différence avec un appartement en PPE dans un immeuble de bon standing ? Ces résidences offrent des « services supplémentaires » qui, justement, séduisent les retraités. Mentionnons à titre d’exemples : lessives, services d’une femme de ménage, restaurant et/ou possibilité de se faire livrer des repas chauds, salon de coiffure, salle de cinéma, bibliothèque, club-house, piscine ou spa, animations, loisirs, conférences d’invités de marque, organisation d’excursions ou visites de musées, voyages, vacances, transports, etc. Pensez, c’est le rêve : tout est organisé de manière professionnelle pour que le retraité ait la vie la plus agréable possible. Assurément, c’est presque la « vie de château », mais à la mode citadine ! Ajoutons que l’aspect médical n’est pas oublié, tant s’en faut : une fois par semaine, un médecin vient consulter à la résidence ; les résidents n’ont donc pas besoin de se déplacer en ville. Si nécessaire, le médecin généraliste enverra le patient chez l’un de ses confrères spécialistes. Une voiture conduira le malade chez le spécialiste et le ramènera à la résidence. Certaines résidences offrent un système d’appel infirmier 24 h/24 ; dans d’autres, une infirmière est sur place en permanence, que les résidents peuvent appeler en cas de problème.

Mais c’est plutôt cher !

En économie de marché, toute prestation se paie, chacun le sait, et c’est normal. Il n’en demeure pas moins que les prestations proposées dans ces résidences pour seniors étant nombreuses, comme nous venons de le voir, le coût d’un tel hébergement est bien sûr élevé, voire même très élevé. Il faut donc avoir des moyens financiers importants : soit une fortune personnelle, soit une bonne rente double AVS et LPP complétée par quelques économies. Si certaines de ces résidences pour seniors offrent des appartements en location, la plupart d’entre elles préfèrent, pour des questions de gestion financière à moyen terme, vendre ces appartements en PPE (propriété par étages). Un administrateur s’occupe de la gestion de la PPE et des biens communs (ascenseurs, chauffage, entretien des jardins, etc.). Comme certaines résidences ont des listes d’attente, les appartements ne restent jamais longtemps vides. Etant donné la conception générale de ces résidences « sur mesure », les prix de vente des appartements en PPE ou les loyers sont plutôt élevés. On trouve souvent des trois ou quatre-pièces pour les couples. En cas de décès de l’un des deux partenaires, des deux-pièces sont également disponibles pour le conjoint survivant.

Une niche intéressante

Selon plusieurs concepteurs et promoteurs immobiliers, ce créneau de résidences pour seniors est appelé à se développer en Suisse. Pour deux raisons principales : d’une part, l’augmentation du nombre de seniors et l’allongement de leur espérance de vie, et, d’autre part, les moyens financiers dont est dotée une partie de la génération des baby-boomers. Mais cette tendance va-t-elle se poursuivre pendant encore de nombreuses années ? Les spécialistes du 2e pilier en doutent. Car ils constatent que, si les retraités vivent toujours un peu plus longtemps, la retraite elle-même coûte toujours plus cher (augmentation des frais en tous genres : primes d’assurance maladie, prix de l’électricité, loyers, alimentation, etc.), alors que les rentes du 2e pilier vont, elles, régulièrement baisser. Les résidences pour seniors constituent donc aujourd’hui une niche intéressante, mais leur âge d’or pourrait ne pas forcément durer de très nombreuses décennies.

 

■ En savoir plus : Résidences pour seniors (liste non exhaustive)

• Les Crêts de Vésenaz, Vésenaz (GE)
• Senior Village, Vétroz (VS)
• Résid. Claire-Fontaine,Chexbres (VD)
• Résidence Le Bristol, Montreux (VD)
• Résidence Nova Vita, Montreux (VD)
• Domaine de la Gottaz, Morges (VD)
• Résidence Carina, Rolle (VD)
• Résidence du Château, Lucens (VD)
• Résidence Le Pacific, Etoy (VD)
• Domaine de La Gracieuse, Lonay (VD)